L’huile de CBD est bien connue pour sa capacité à réguler la douleur et l’inflammation, ce qui en fait un outil précieux dans le traitement de centaines de problèmes de santé, mais vous êtes-vous déjà demandé comment l’huile de CBD impactait la fonction cellulaire ?

Plongez dans vos entrailles pour découvrir l’impact de l’huile de CBD sur la fonction cellulaire, en décomposant le jargon scientifique et en expliquant comment le cannabidiol (CBD) interagit avec vos cellules.

L’huile de CBD et les mitochondries

En 2012, bien avant la légalisation de l’huile de CBD, une étude réalisée en France a révélé que les membranes des mitochondries humaines possédaient des récepteurs cannabinoïdes. C’était le début de ce qui allait être une longue série de recherches sur le rôle du système endocannabinoïde dans le fonctionnement des mitochondries.

Les interactions entre l’huile de CBD et les mitochondries sont censées améliorer l’autophagie, l’apoptose et l’homéostasie intracellulaire. Les cannabinoïdes tels que l’huile de CBD améliorent les nombreuses fonctions importantes des mitochondries, ce qui conduit à une amélioration de la santé et de l’équilibre interne.

Pourquoi tout cet intérêt pour la façon dont l’huile de CBD affecte spécifiquement les mitochondries ? Eh bien, on pense que les défauts mitochondriaux sont associés à un grand nombre d’affections métaboliques, auto-immunes et neurodégénératives, notamment le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires et la maladie d’Alzheimer, pour n’en citer que quelques-unes.

Les mitochondries sont présentes en grand nombre dans toutes les cellules, à l’exception des globules rouges, et sont responsables de la production d’environ 90 % de l’énergie chimique dont les cellules ont besoin pour survivre. Le processus par lequel les mitochondries transforment les nutriments en énergie cellulaire s’appelle la phosphorylation oxydative. On comprendra que si les mitochondries ne fonctionnent pas correctement, cela peut avoir un impact négatif non seulement dans la cellule, mais aussi dans tout le corps. L’huile de CBD peut aider à améliorer la fonction mitochondriale.

Et il n’y a pas que la production d’énergie dans laquelle les mitochondries jouent un rôle clé, elles sont également impliquées dans l’homéostasie, le stress oxydatif, ainsi que la guérison et la destruction des cellules.

D’autres recherches sur le CBD et les mitochondries devraient révéler les effets potentiellement thérapeutiques de leur interaction, et pourraient expliquer pourquoi l’huile de CBD s’est avérée efficace pour gérer un large éventail de maladies et d’affections. Nous allons maintenant examiner de plus près les recherches qui ont été menées jusqu’à présent.

L’huile de CBD, l’apoptose et l’autophagie

Le contrôle de l’apoptose et de l’autophagie dans l’organisme est un phénomène que l’huile de CBD et les mitochondries peuvent influencer en tandem. L’apoptose est le déclenchement régulé de la mort cellulaire, tandis que l’autophagie concerne la dégradation et le recyclage des parties de la cellule.

Ces deux processus sont incroyablement importants pour la santé, car l’autophagie permet aux cellules de démonter les composants défectueux, et l’apoptose tue les cellules qui dysfonctionnent. Sans ces processus, les cellules nocives peuvent continuer à se développer, ce qui peut donner lieu à des tumeurs cancéreuses. C’est pourquoi les mitochondries sont la cible de nombreux médicaments anticancéreux.

De multiples études ont été publiées sur le lien entre l’huile de CBD et l’apoptose. Par exemple, une étude de 2011 sur son utilisation pour le traitement du cancer du sein a constaté qu’elle combattait le cancer du sein en encourageant l’apoptose des cellules malades sans nuire aux cellules saines.

Une autre étude publiée en 2013 a révélé que le CBD interagissait avec une protéine sur les membranes mitochondriales appelée VDAC1 qui pourrait être liée à l’apoptose, ou mort cellulaire. L’étude conclut : “L’inhibition de VDAC1 par le CBD pourrait être responsable des effets immunosuppresseurs et anticancéreux du CBD.”

On pense que l’huile de CBD crée les réponses apoptotiques et autophagiques grâce à son impact sur l’activité mitochondriale par le biais du système endocannabinoïde. Il est entendu que le système endocannabinoïde fonctionne de trois manières différentes lorsqu’il s’agit du stress cellulaire :

Dans des conditions de faible stress, la fonction mitochondriale est accrue, ce qui déclenche le processus de réparation cellulaire autophagique.

Dans des conditions de stress élevé, l’activité mitochondriale est réduite pour protéger les cellules.

Dans des conditions de stress très élevé, comme dans le cas des cellules cancéreuses, les endocannabinoïdes, ou les phytocannabinoïdes comme le CBD augmentent le stress jusqu’à l’apoptose.

Les phytocannabinoïdes étant chimiquement similaires aux endocannabinoïdes produits naturellement par l’organisme, ils sont capables d’agir sur le corps d’une manière puissante, mais toujours relativement douce et familière.

Le rôle de l’huile de CBD dans l’homéostasie

L’homéostasie est l’état d’équilibre dans lequel notre corps fonctionne le mieux, tous les processus physiologiques contribuant à un système équilibré.

Une étude de 2016 publiée dans le European Journal of Pharmacology rapporte qu’un “déséquilibre de l’homéostasie du sodium et du calcium déclenche des processus physiopathologiques dans l’ischémie cérébrale, qui accélèrent la mort cérébrale neuronale.” Et une autre étude a établi un lien entre le déséquilibre du calcium mitochondrial et des troubles neurologiques tels que la maladie d’Alzheimer.

L’huile de CBD a un impact sur les récepteurs à la surface des mitochondries, comme l’échangeur sodium-calcium, ou NCX. Lorsque ce récepteur est lié, il ouvre un canal dans lequel les ions peuvent passer librement des concentrations élevées aux concentrations faibles. Grâce à ce processus, l’huile de CBD permet l’homéostasie au sein de la cellule, en régulant le flux de calcium à travers le NCX.

Au final, l’effet régulateur de l’huile de CBD sur les mitochondries et sa gestion des niveaux de calcium intracellulaire pourraient avoir des bénéfices neuroprotecteurs.

L’impact de l’huile de CBD sur les radicaux libres et l’oxydation

La phosphorylation oxydative est généralement un processus efficace, bien que compliqué. Pour simplifier, la phosphorylation oxydative est le processus par lequel l’énergie est créée pour la cellule via le transport d’électrons.

Parfois, de l’oxygène ionisé, du peroxyde d’hydrogène ou du peroxyde se forment au cours de ce processus et sont libérés dans l’organisme. Ces molécules instables sont souvent appelées radicaux libres ; elles sont connues pour endommager les membranes cellulaires, les protéines et l’ADN.

Les antioxydants neutralisent ces radicaux libres, réduisant ainsi le stress oxydatif et le risque de dommages à long terme. L’huile de CBD est un puissant antioxydant, qui déclenche le récepteur cannabinoïde CB2 pour encourager la protection des cellules.

Alors que de nombreux aliments et produits consommables sont étiquetés comme étant des antioxydants, l’huile de CBD est l’un des plus prometteurs. Il n’y a pas de meilleure preuve de cela que celle donnée par le gouvernement américain. Suite à des recherches publiées en 1998, le gouvernement a déposé un brevet sur les propriétés antioxydantes des cannabinoïdes comme le CBD, suggérant qu’il pourrait y avoir un usage thérapeutique.

Source : https://cbdoilreview.org/cbd-cannabidiol/how-does-cbd-oil-impact-cellular-function/